Logo de La Bastide de Puybrun


Sommaire


Notre page d'accueil



Bastide de Puybrun


Nos publications


Nos manifestations


Nous contacter



Cliquez pour

                    ouvrir le site du CEB















    L’histoire de notre village commence durant la deuxième moitié du XIIIe siècle. À cette époque, la forte croissance démographique, la nécessité de mettre en valeur les terres et d’organiser la vie sociale et économique, incita les seigneurs laïcs ou religieux à développer, avec l’agrément du roi, une véritable politique d’aménagement du territoire. C’est la création des bastides qui toucha tout le Sud-Ouest. Les cisterciens, gros propriétaires terriens, saisirent immédiatement l’intérêt de cette nouveauté et entrèrent vite dans le jeu. Ainsi, le 23 mars 1279, dans la salle capitulaire de l'abbaye cistercienne de Dalon, aujourd'hui dans le canton de Sainte-Trie, Dordogne, l'abbé de Dalon établissait un contrat de paréage avec le roi Philippe III afin de créer et d'édifier une bastide royale sur les terres de leur monastère situées dans les paroisses voisines de Tauriac et de Liourdres où il possédait déjà une grange (exploitation agricole) non loin du village de Tauriac. Le roi et l’abbaye se partageaient par moitié le haut et le bas dominium à savoir, les droits de seigneurie et de justice, les droits de fours banaux et autres rentes. Les religieux de Dalon se réservaient seulement des terrains propres à l'édification de lieux de culte, ainsi que des bâtiments de stockage et de vente de leurs produits agricoles.
    Après maintes péripéties avec les seigneurs voisins, Raymond VII, vicomte de Turenne et Guérin de Castelnau,
la bastide ainsi fondée reçut sa charte de coutumes et privilèges le 2 mai 1282 et fut confirmée par le roi en juillet de la même année.

     Un riche prieuré y fut fondé, apportant des revenus confortables à l'abbaye mère grâce, principalement, à l'exploitation de la vigne.  Puybrun était réputé pour son vignoble et ses terres riches et fertiles en bord de Dordogne. L’existence de ce prieuré aura été éphémère puisqu’il fut presque entièrement détruit durant la guerre de Cent Ans. Il ne subsiste aujourd’hui que l’ancienne cave voûtée devenue Salle des Gardes ou Salle du Prieuré et la tour  beffroi du clocher de l’église qui devait, à l'origine, être couronnées de hourds pour la défence. Au XVIIe siècle, deux églises sont mentionnées dans ce prieuré : l'église primitive Notre-Dame de la Grange, aujourd'hui disparue et l'église actuelle, placée sous le vocable de saint Blaise, patron des tisserands.

     La bastide de Puybrun adopte un plan remarquablement géométrique avec un tracé urbain orthogonal caractéristique des bastides.  Nous sommes en présence du modèle aquitain. Dans ce modèle, les principales rues sont longitudinales et, avec les rues perpendiculaires, elles structurent le plan orthogonal. Le centre est occupé par la place grande, véritable coeur économique de la cité avec ses commerçants et artisans, tandis que l'église et le cimetière adjacent sont rejetés sur un des îlots proche de la place. Le plan cadastral de 1818 montre clairement le plan régulier de notre bastide. Elle fut découpée en quatre barris (ou quartiers), gérés par quatre consuls  librement élus par la population chaque année et choisis parmi les bourgeois, les marchands ou les maîtres artisans. Les consuls siègent dans la maison commune où sont conservés les actes officiels, les livres de compte et les sceaux de la ville. Ils veillent à la construction, à la réparation et à l'entretien des équipements urbains.

    La vie de la bastide de Puybrun et de son prieuré fut intimement liée à deux abbés de Dalon : François de La Fayette, qui était aussi évêque de Limoges et son petit neveu Louis de La Fayette. Ils sont restés abbés pendant près d'un siècle, de 1634 à 1729. La somme de documents qu'ils ont laissés (visites du prieuré, actes notariés, ...) nous ont permis de mieux connaître l'histoire de notre bastide, (voir nos publications).

Quelques photos :  Notre bastide vue du ciel, cliquez  Photo n°1, Un damier parfait, en haut à droite la Dordogne. N°2, Vue vers
l'est, au centre la rue principale et la place grande entourée d'arbres, l'église est à droite. N°3, Vue générale prise côté nord,
au fond proche de la Dordogne, le village de Tauriac.
Nous remercions la "Communauté de Communes Cère et Dordogne" qui nous a permise de publier ces photos.